Actualités

Retrofit électrique : convertir une voiture essence ou diesel à la motorisation électrique

Une nouvelle mesure cherche à compenser le manque d’offre de voitures électriques en occasion. En effet, l’administration ouvre la porte au retrofit par un décret publié le 3 avril 2020 au Journal Officiel ! Le retrofit consiste à remplacer le moteur essence ou diesel d’une voiture par un moteur électrique !

La réglementation française est telle que modifier les aspects techniques d’une voiture relève le plus souvent de la mission impossible. Remplacer le moteur par un autre, par exemple. Cela demande un passage à l’homologation, extrêmement difficile à titre isolé, mais aussi d’obtenir l’autorisation du constructeur du modèle en question. Pour autant, en vue de favoriser la transition énergétique, l’administration admet une exception. Les deux grosses difficultés sont levées grâce à un arrêté, à condition que la transformation puisse permettre au véhiculer de rouler à l’électricité ou à l’hydrogène. Cet article détaille le mode d’emploi de ce type de conversion, appelée retrofit !

Quels types de véhicules sont éligibles ?

Tous les véhicules légers peuvent être concernés par le retrofit. En effet, il est possible d’appliquer la transformation sur une voiture de tourisme, un utilitaire léger, un deux roues (moto, scooter), un tricycle ou scooter à trois roues ou encore un quadricycle (voiture sans permis, notamment). Les modèles doivent toutefois respecter une condition d’âge :

  • Ils ne doivent pas être âgés de moins de 5 ans dans le cas des voitures et utilitaires.
  • Ils ne doivent pas être âgés de moins de 3 ans dans le cas d’un deux-roues, trois roues ou quadricycle.

L’esprit de cette réglementation explique ces limite d’âge. Son but est de limiter l’impact écologique du véhicule : il serait contreproductif de mettre au rebut une mécanique neuve! L’objectif de cette réglementation est de proposer une alternative plus abordable aux véhicules électriques neufs. Le choix d’un véhicule vieux de quelques années permet de limiter le coût de la base de transformation.

Notons également que les modèles retrofités ne doivent pas être immatriculés avec une carte grise collection. Celle-ci est en effet délivrée par la FFVE (Fédération Française des Véhicules d’Epoque), qui impose la présence de la mécanique d’origine ; son but est de préserver l’authenticité du patrimoine automobile.

En quoi consiste la transformation ?

Le retrofit consiste en l’installation dans un véhicule existant d’un « dispositif de conversion électrique ». Celui-ci est composé d’un moteur et de sa transmission, d’un bloc de batteries, d’un chargeur et de l’électronique de puissance. Et, dans le cas d’une transformation à l’hydrogène, d’un réservoir et d’une pile à combustible, cet ensemble, proposé par un fabricant spécialisé, doit être homologué par l’UTAC. De plus, son installation dans le véhicule doit répondre à certaines règles :

  • Sa puissance en continu ne peut être supérieure à celle de la mécanique retirée (elle doit être comprise entre 65 % et 100 % de la puissance initiale pour les voitures et utilitaires, entre 40 % et 100 % dans le cas des cycles).
  • Les dimensions extérieures du véhicule ne doivent pas être modifiées
  • Le poids à vide ne doit pas augmenter de plus de 20 % après la transformation.
  • La répartition du poids entre les deux essieux ne doit pas varier de plus de 10 % par rapport au modèle de base

Ces exigences techniques sont destinées à assurer la sécurité, pour que le châssis et les trains roulants continuent à faire leur office dans des conditions normales… Même si les contraintes de poids limitent forcément la taille de la batterie, et donc l’autonomie. Notons qu’un fabricant peut proposer le même dispositif de conversion sur plusieurs véhicules, à condition que les autorités aient donné leur accord pour la famille de véhicules concernés.

Comment faire convertir sa voiture à la motorisation électrique ?

L’installation se fait directement auprès du fabricant ou encore chez un installateur agréé (la liste est communiquée régulièrement à l’administration par les fabricants). Une plaque d’identification est alors apposée à côté de la plaque constructeur.

A priori, aucune crainte à avoir quant aux risques de la transformation sur le véhicule de base : l’arrêté précise explicitement que le fabricant doit garantir son produit. « Le fabricant garantit la préservation de tous les éléments du véhicule transformé avec un dispositif de conversion qu’il commercialise. Il assume la responsabilité d’une détérioration éventuelle de tous les éléments du véhicule transformé et de toute pièce susceptible d’être en contact avec ». Voilà qui devrait assurer la sérénité du propriétaire du modèle transformé, qui est à peu près sûr de se voir fermer la porte au nez par le constructeur initial de sa voiture, en cas de panne suite à la transformation.

A quel prix transformer sa voiture en électrique ?

Le marché est tout juste naissant, mais la diversité est déjà là. L’association AIRe (Acteurs de l’Industrie du Retrofit électrique) compte une douzaine d’adhérents, qui opèrent sur des types de modèles divers.

  • L’esprit de cette réglementation concerne avant tout des voitures d’occasion abordables. C’est le créneau qu’a choisi Transition One, qui propose de convertir des Renault Twingo 2 et des Fiat 500 (en attendant d’autres modèles), pour un tarif de l’ordre de 5.000 €.
  • D’autres, comme Carwatt, se sont faits une spécialité des utilitaires. Mais pour l’instant, la gamme n’est pas communiquée.
  • Noil Motors se concentre sur les scooters. Ici non plus, pas de tarif communiqué.
  • L’immense majorité des sociétés qui s’intéressent à ce créneau ont choisi une niche : celle des voitures-plaisir, principalement anciennes. Après tout, le prince Harry et Meghan Markle ne se sont-ils pas mariés dans une Jaguar Type E ainsi transformée ? Ici, tout est possible, depuis l’Austin Mini (Ian Motion) jusqu’à la Rolls-Royce Silver Spur (Retrofuture) en passant par la Citroën Méhari (Mehari Club Cassis). Les tarifs sont généralement élevés. En effet, il est difficile de trouver une transformation à moins de 20.000 €. Par ailleurs, l’installation d’une nouvelle mécanique a de fortes chances de faire baisser la valeur de ces voitures anciennes, favorisées par un état strictement d’origine.

Une fois votre véhicule retrofité, la solution de recharge E-Parking est totalement adaptée pour vous permettre de recharger votre véhicule électrique en toute confiance !